LU DANS MIDI LIBRE, MERCREDI 14 avril 2021

Malvoyants, ils vont apprendre les gestes de premiers secours : Initiative


Une première dans la région, organisée par la Fédération des Aveugles de France.
Fabien ARNAUD f.arnaud@midilibre
.
L’inclusion, un enjeu essentiel pour la Fédération des aveugles et amblyopes de France (FAF) Languedoc Roussillon. Parce que la sécurité concerne tout le monde, elle va proposer pour la première fois dans la région, une formation aux premiers secours à des personnes déficientes visuelles. Les 20 et 21 avril, puis au mois de juin, ils seront plus d’une trentaine à s’initier aux gestes qui sauvent, à l’utilisation d’un défibrillateur automatique et à la prévention des accidents domestiques.

« Pouvoir interagir dans ces situations »


L’idée est venue des adhérents et bénévoles eux-mêmes. « Ils ont exprimé le souhait de pouvoir interagir dans ces situations. Nous avons tous la même vie. Ils sont confrontés à cela dans leur entourage et ont eu envie de se former », explique Thierry JAMMES, président de la FAF Languedoc Roussillon. Cette initiative s’intitule « La sécurité ça nous regarde », une formule que nous avions déjà utilisée pour la citoyenneté et l’accès aux loisirs. S’agissant des premiers secours, l’intérêt suscité a été immédiat. En une journée, les premières sessions affichaient complet. La Fédération a obtenu un financement par le biais d’un appel à projet de la Région dans le cadre du plan handicap. La formation, quant à elle, sera assurée par la Croix Rouge, par groupes de six personnes, dans le respect des règles sanitaires. Outre l’utilisation d’un défibrillateur, les participants apprendront à repérer les risques d’AVC, prévenir les accidents domestiques au quotidien et à pratiquer les premiers secours en cas de malaise, plaies, hémorragies, etc.
« Rien n’est écarté dans les phases de formation. Nous avons simplement allongé le temps d’enseignement car les déficients visuels ont besoin de toucher pour comprendre. Les groupes seront plus petits que d’habitude et des documents adaptés ont été créés à partir de ceux fournis par la Croix Rouge. Sur le défibrillateur, des repères techniques seront mis en place », poursuit Thierry JAMMES. « A travers ces sessions qui passeront par l’’échange, les formateurs apprendront aussi. »
Les participants à ces premières sessions sont de profils variés, hommes et femmes âgées de 30 à 60 ans, malvoyants ou non-voyants. Certains ont perdu la vue il y a longtemps, d’autres récemment. « Ces personnes, qui viennent de plonger dans cette difficulté, ont la préoccupation de pouvoir porter assistance aux autres », souligne le président de la FAF Languedoc Roussillon, lui-même inscrit à cette première formation. « À titre personnel, j’ai de gros problèmes de santé. Je sais donc ce que ça veut dire d’avoir quelqu’un auprès de soi pour agir en cas de problème. »
Par le biais du réseau Occitanie de la Fédération des aveugles de France, ces modules de formation sont appelés à être proposés à Nîmes, Narbonne, Perpignan, Toulouse ou Pamiers.
Contact : www.faf-lr.fr

Masque, distanciation : des obstacles COVID


Les mesures sanitaires mises en place depuis le début de la crise sanitaire peuvent être des obstacles dans le quotidien des personnes non voyantes ou malvoyantes. « Le masque sanitaire brouille le message audio. Les modulations de la voix sont moins perceptibles », relève Thierry JAMMES, le président de la FAF Languedoc Roussillon. Les consignes de distanciation sont aussi une difficulté. « A partir du printemps 2020, les gens n’osaient plus s’approcher d’une personne aveugle pour lui donner le bras et la guider. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.