Aller au contenu | Aller au menu | Aide - Accessibilité | Intranet | Atelier Adaptation | Bref |

80 ans : Articles parus dans la presse

Article paru dans Direct Montpellier du 3 novembre 2009

Titre : Non voyants - L’ Union des aveugles a 80 ans

Dans le cadre de son 80e anniversaire, l'Union des aveugles et handicapés de la vue à Montpellier organise deux journées de sensibilisation tout public. Vendredi de 10h à 17h30, place Paul Bec, l'Union présentera ses actions et ses services. Vous pourrez vous prêter à l'exercice du braille, écouter ses conseils en matière de déplacement ou tester l'informatique adaptée aux déficients visuels.

Samedi, à la Maison des étudiants, à Richter, vous pourrez assister à une table ronde de 9h à 12h sur les thèmes de la scolarisation, la formation professionnelle, l'accompagnement médico-social et la prise en charge sanitaire. De 14 h à 17 h, Patrick Gohet, délégué interministériel aux personnes handicapées et Philippe Chazal, président du Centre pour la promotion sociale des aveugles, donneront une conférence.

Entrée libre. Inscription obligatoire pour le buffet de midi avec participation de 10 €.

Article paru dans l’Hérault du Jour du jeudi 5 novembre 2009

Titre : Anniversaire. L'Union des aveugles et handicapés de la vue souffle ses 80 bougies.

Depuis, des progrès ont été réalisés mais l'adaptation est incessante.

« Les écrans tactiles, le poison absolu pour les malvoyants »
Créée un 4 novembre 1929 par le Professeur Truc et Constant Aussel, l'Union des aveugles et handicapés de la vue de Montpellier a traversé bien des époques et tente de s'adapter au mieux pour coller à l'évolution de la société. « C'est une course poursuite après le progrès «, annonce Bertrand Verine, secrétaire général de l'association. La situation des personnes aveugles ou perdant la vue s'est nettement améliorée en 80 ans, tant au niveau des outils développés que de leur considération sociale, mais elles doivent également faire face à une évolution rapide de leur environnement. « Par exemple au niveau de la mobilité, la canne blanche qui n'était qu'un signe distinctif s'est transformée en outil de repérage, les chiens guides et des aides électroniques dérivées du GPS sont apparus. Mais depuis deux ans les architectes travaillent sur l'idée d'espace partagé où il n'existe plus de trottoir mais où se croisent piétons, voitures et deux roues, ça nous a semé la panique », illustre Bertrand Vérine. Et de souligner les efforts réels faits par les collectivités sur le territoire, mais également la multiplication des annonces vidéos et l'esthétisation du décor urbain, pas toujours compatible avec un déplacement sans heurts : « les bornes intégrées dans le paysage s'intègrent aussi très bien dans les tibias, ironise le secrétaire général. Mais le poison absolu pour un aveugle ce sont les écrans tactiles qui sont inutilisables ou alors les parades coûtent très cher. Sur les guichets automatiques, on avait réussi à avoir un point saillant sur le 5 des claviers numériques. Tout allait bien et quelqu'un invente l'écran tactile... ». Des difficultés auxquelles les concepteurs ne peuvent pas toujours penser sans conseil. D'ailleurs, les déficients visuels ne souhaitent pas du tout suspendre le progrès pour créer une société faite pour eux en raison de leur handicap, mais ils prônent un « vivre ensemble » où chacun trouve sa place. C'est l'une des missions de l'UAHV depuis ses débuts : former, soutenir et travailler à l'intégration des personnes aveugles et déficientes visuelles dans la société, à tout âge et selon l'importance et la nature du handicap. Elle intervient dans la découverte sensitive de l'enfant avec ses parents, l'accompagnement scolaire, l'apprentissage du braille et de l'informatique avec la synthèse vocale et la sténographie, l'accès des adultes à l'emploi, mais aussi l'accompagnement psychologique et social pour sensibiliser l'entreprise, l'équipe éducative ou le milieu social. L'association propose des solutions, parfois très simples, « comme le grossissement d'une partition pour qu'un enfant puisse suivre un cours de musique ».


C'est justement pour mieux faire connaître toutes les facettes des handicaps visuels et les outils qui permettent de les compenser que l'UAHV s'installe place Paul Bec demain de 10h à 17h30 (inauguration à 11h). Samedi, c'est à la Maison des étudiants de l'université Montpellier 1, espace Richter que l'association poursuivra les débats (lire le programme ci-contre).

« Les mentalités ont évolué, on peut être différents et presque égaux. C'est un peu difficile, mais pourquoi pas ? », plaisante Bertrand Vérine, secrétaire général de l'UAHV, aux côtés de Pierre Petit, directeur des services de l'association.

HÉLÈNE GOSSELIN

Article paru dans Montpellier Notre Ville de novembre 2009

Titre : L'Union des aveugles fête les 6 et 7 novembre son 80e anniversaire. Cette association soutient les malvoyants dans leur recherche d'autonomie. Un seul sens vous manque...

A l'occasion des manifestations célébrant le 80ème anniversaire de sa création, les 6 et 7 novembre, l'Union des aveugles présentera au grand public ses réalisations et ses projets. Créée par des aveugles, pour des aveugles, cette Union, membre adhérent de la Fédération des aveugles et handicapés visuels de France, a pour objet d'apporter aux personnes concernées par le handicap visuel le soutien moral et les outils nécessaires à leur pleine autonomie et citoyenneté.

« Nous avons 188 adhérents dans l'association, explique Vincent Michel, président de l'Union des aveugles. Mais surtout, plus de 200 personnes bénéficient des services que nous avons mis en place dans toute la région. Il s'agit d'enfants et d'adultes. Une trentaine de salariés s'en occupent ». Concernant les enfants, des enseignants spécialisés interviennent pour leur apprendre le braille, mais aussi pour les rendre autonomes dans leurs gestes quotidiens : s'habiller, se déplacer, etc. L'Union des aveugles aide concrètement les adultes dans la défense de leurs droits et leur apporte un soutien moral et psychologique, face au choc que représente la cécité. Elle se positionne également comme l'interlocuteur des pouvoirs publics, afin que l'organisation des espaces urbains et ruraux, ainsi que les organisations économiques prennent en compte le handicap visuel et leur permettent une meilleure intégration.
Plusieurs manifestations sont prévues les 6 et 7 novembre. Le premier jour, sur la place Paul Bec (Antigone). L'association mettra le public en situation de "non voyance"et espère ainsi sensibiliser aux problématiques que les aveugles rencontrent.
Le lendemain, à la Maison des étudiants (Espace Richter, rue Vendémiaire), conférences et tables rondes, ouvertes au public, permettront de définir la situation et les enjeux concernant les non-voyants. Une façon pour chacun d'appréhender les difficultés rencontrées au quotidien par les aveugles. Un seul sens vous manque... et tout est compliqué.

Article paru dans le MIDI LIBRE du Samedi 7 novembre 2009

Titre : L’Union des Aveugles fête ses 80 ans

Communiquer. Sensibiliser. Accompagner.
Hier, à l'occasion de son 80e anniversaire, l'Union des aveugles et handicapés de la vue de Montpellier et de la région avait installé ses stands place Paul Bec, à Antigone. L'objectif prioritaire était de poser les problématiques rencontrées par les personnes privées de leur vue, de manière complète ou partielle. Une communication autour « d'un handicap peu connu, précise le directeur, Pierre Petit. Il y a, derrière nos actions, l'idée de vivre ensemble. Le handicap visuel est trop souvent la cause d'un repliement sur soi. »
Créée par des aveugles, l'Union s'active pour la défense des droits. « Nous militons notamment pour un meilleur accès à l'emploi. Le handicap visuel est celui qui limite le plus le travail. »
L'association, qui accompagne près de 300 personnes, a aussi profité de cette date anniversaire pour alerter les pouvoirs publics. Mais l'autre but de l'opération était de présenter les pratiques indispensables à une meilleure autonomie au quotidien : cours de locomotion, d'activités de la vie journalière, maîtrise de l'outil informatique adapté...
Le rendez-vous se poursuit aujourd'hui, à la Maison des étudiants de l'espace Richter. « Nous allons présenter notre réseau et faire témoigner des personnes que nous avons accompagnées. »

Lucas BOURGEOT - Photo David CRESPIN

Haut de page